Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allez on y va !!! (tour du monde)

Allez on y va !!! (tour du monde)

Les aventures de deux amis faisant le tour du monde

Varanasi (Bénarès) Cité de la vie, cité des morts

Avertissement: La lecture de cet article pourrait choquer des enfants.
Nous voilà en Inde depuis quelques jours, heureux de découvrir le pays du héros de ma pré-adolescence: Mahatma Ghandi. Celui qui a influencé tant de résistances non-violentes à travers le monde, jusque dans mon Aveyron natal lors de la lutte contre l’agrandissement du camp militaire du Larzac par l’intermédiaire de Lanza Del Vasto.
Nous arrivons dans cette ville si mystérieuse pour nous occidentaux qu’est Varanasi (Bénarès). C’est une des plus vieilles cités habitées au monde et l’une des sept villes saintes de l’Hindouisme.
Première étape et pas la moindre pour aborder cette ville est de se forger un moral d’acier pour affronter les sollicitations quasi constantes des rabatteurs.
En plein centre c’est une folle agitation de divers véhicules motorisés ou non, les klaxons résonnent en continue. Tout à coup en plein milieu de ce qui nous parait un chaos de la circulation, quatre hommes (des hors-castes) portant sur leurs épaules un brancard en bambou où a été placé un mort le tout suivi par les hommes de la familles (car mourir pour les Hindouistes à Varanasi est la possibilité d’arrêter le cycle des réincarnations, mais les pleurs des femmes pendant le déroulement de la cérémonie pourraient faire échouer cette fin de réincarnation). Après avoir « promené » le défunt à travers les rues et les ruelles de la vieilles villes ils descendent rapidement un ghat* de crémation.
Le corps est lavé dans l’eau du Gange. Il est ensuite placé sur un bûcher et on le recouvre d’une nouvelle couche de buche, mais la tête et les pieds restent visibles. Chaque buches avaient été précédemment pesées en haut du ghat pour fixer le coût du bûcher. Les prix varient selon les essences. Le bois de santal étant le plus cher. Le fils ainé fait cinq fois le tour du bucher avant de l’allumer.
Tout çà sous le regard de la famille, des passants, des touristes, des rabatteurs qui essayent de monnayer aux touristes un point d’observation de choix et d’autres touristes placés sur des barques, toujours marchandés par les rabatteurs.
A peine 10 mètres de là des enfants de tout âges rient et jouent aux cerf-volants (nous en avons vue même un jouer pratiquement au pied du bûcher en flamme). Guère plus point d’autres enfants jouent au cricket, des hindouistes se lavent et se baignent dans le Gange, d’autres font leurs lessives et même des buffles se font soigneusement laver et brosser dans le fleuve sacré.
Nous restons interloqués par tant de différence avec un enterrement voir une crémation en France.
C’est à ce moment que nous voyons un nouveau brancard arriver, étrangement nous ne voyons pas de bûcher en préparation, ils ne semblent pas non plus vouloir laver le corps dans le Gange. Un homme arrive très peu de temps après chargé d’une énorme pierre et d’une corde. Tandis que les autres étrangers sont concentrés sur les crémations, un homme d’un certain âge nous éclaire ce qui est entrain de se dérouler sous nos yeux. Si un corps est considéré comme pur (enfant, femme enceinte, Sadhu, tué par une vache, par la morsure d’un cobra ou bien encore suite de la Variole !!!!) il n’a pas besoin d’être purifié par le feu. En effet pendant qu’il nous explique le corps est attaché solidement à la lourde pierre. Il est ensuite installé dans une barque. Quand la barque arrive au milieu du Gange le corps y est jeté, sous le regard de la famille sur la berge. Laura qui souhaitait à notre arrivée toucher l’eau du Gange se ravise…
Si on ajoute à tout cela des bâtiments d’une architecture imposante surplombant le Gange, des temples partout dans la ville, des petites ruelles animés comme nulle part , une vie animale si présente, qu’on se croirait parfois dans un zoo avec de nombreuses espèces d’oiseaux, des vaches sacrés par centaines, des buffles, des chèvres étrangement habillés, des chiens errants incalculable, des singes sans peur s’installant sur les terrasses des maisons où s’organisant en meute pour attaquer un groupe de chiens etc… C’est certain cette ville nous laissera des souvenirs impérissables.
Bonnes Fêtes à vous tous
*Ghat : Long chapelet de marches descendant jusqu’au fleuve sur la berge ouest du Gange
Pas de photos de crémation car interdite par respect des familles et de la cérémonie, même si certains n'hésitent pas à en faire... mais ce n'est pas mon éthique.

Photos à venir sinon ici https://www.facebook.com/media/set/?set=a.321935621345665.1073741835.175112466027982&type=3

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article